Test du Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD en photographie infrarouge | Partie 1

Performances à 695nm

La pratique de la photographie infrarouge est semée d’embûches : au-delà de maîtriser un ensemble de connaissances physiques théoriques, il convient de disposer d’un matériel dédié et compatible avec cette technique. Si je m’étais déjà penché sur mon équipement idéal dans un précédent article, ma curiosité m’a poussé à tester la compatibilité d’objectifs plus récents, ayant déjà bonne presse en photographie classique.

Chaque test est divisé en deux parties par souci de lisibilité : une première partie évaluant les performances de l’objectif à 695nm et un second à 500nm. Place à un gros test, dans tous les sens du terme, puisque nous nous intéressons aujourd’hui au Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD !

La seconde partie est à découvrir à cette adresse !

Quelques précisions avant de commencer

L’objectif Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD a été loué chez Pix Location, société française de location de matériel photographique. Je ne touche aucune commission pour la rédaction de ce test. Celui-ci a pour unique but d’informer les passionnés de photographie infrarouge de la compatibilité d’objectifs avant leur achat.

Les performances du Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD seront directement comparées à celles du zoom CANON 16-35 F/4 L IS, mon objectif de référence en photographie infrarouge et mon outil de prédilection pour la réalisation de mes principales séries, comme « Paris Invisible » et « Périg’Or Jaune ».

Il n’est pas question ici de réaliser un test complet du Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD, d’autres l’ont très bien fait avant moi, mais de se concentrer sur ses performances en infrarouge.

Le boitier utilisé pour ce test est un CANON RP modifié full-spectrum, auquel s’ajoute dans cette première partie le filtre infrarouge HELIOPAN 695nm.

Les images sont enregistrées en RAW puis éditées dans Ligthroom et Photoshop : le profil d’objectif et la correction des aberrations chromatiques sont activés, les mélangeurs de couches sont réalisés suivant le filtre utilisé. Aucun autre réglage de netteté ou de correction de l’exposition n’est appliqué.

Prise en main et ergonomie

Nous avons ici affaire à du très lourd ! Le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD est massif et dépasse le kilogramme, sa lentille frontale empêchant l’utilisation de filtres traditionnels. Grâce au système drop-in de Canon, ce problème est résolu étant donné que le filtre s’insère dans une bague d’adaptation entre l’objectif et le boîtier. Le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD est plus volumineux que le CANON 16-35 F/4 L IS, en offrant une ouverture plus grande mais un range plus faible.

Hotspot à 695nm

Le hotspot, ou point chaud en français, est le défaut d’objectif le plus couramment observé en photographie infrarouge. Basiquement, il s’agit d’une tache de lumière plus ou moins intense, accentuée par la fermeture du diaphragme et générée par les réflexions internes multiples du rayonnement infrarouge dans l’objectif et à la surface du capteur. Le site de Kolari Vision explique très bien le phénomène en anglais.

La présence de hotspot est accrue par la sélectivité du filtre infrarouge utilisé : le phénomène est davantage observé aux longues longueurs d’onde. L’évaluation de la présence de hotspot s’effectue donc uniquement dans la première partie de notre test, à 695nm. En effet, à 500nm, l’effet d’un hotspot est nettement moins visible.

Des listes d’objectifs atteints ou non par ce phénomène sont régulièrement mises à jour, notamment par Kolari Vision et Edward Noble. Le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD est référencé comme objectif compatible, voyons voir comment cela se passe en pratique.

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 15mm

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 16mm

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 24mm

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 24mm

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 30mm

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 35mm

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD souffre d’un hotspot marqué dès F/4 à toutes les focales, qui se traduit par un éclaircissement du centre mais également une dérive de couleur vers des tons plus froids. Ce hotspot est particulièrement visible à 24mm, un peu moins à 30mm. Face à lui, le Canon 16-35 F/4 L IS se débrouille bien, un hotspot est visible à partir de F/11 à toutes les focales sans entrainer de dérive de couleur.

C’est la première fois que je ne tombe pas d’accord avec la liste de Kolari Vision : pour moi le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD génère un hotspot très marqué en photographie infrarouge.

Fuite de lumière infrarouge interne

Certains objectifs sont munis d’électronique émettant un signal lumineux infrarouge de faible densité. Cela est notamment le cas de la nouvelle gamme d’objectifs RF de CANON, comme l’a étudié Kolari Vision. Afin d’estimer la présence d’un tel phénomène chez le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD, j’ai réalisé une prise de vue de 30s à 25600iso bouchon vissé devant l’objectif, ce dernier étant de plus placé dans un environnement totalement sombre. J’ai réitéré l’opération à différentes foales de ce zoom. Voici les images obtenues :

%filename
15mm
%filename
24mm
%filename
30mm

A 15mm, le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD ne souffre d’aucune fuite de lumière. Mais à mesure que l’on zoome, le déplacement interne du fût de l’objectif dévoile une source de lumière infrarouge qui va progressivement venir polluer l’image. Cette fuite est la plus marquée à 30mm, où l’image devient totalement inexploitable.

Piqué et netteté

Le dernière critère évalué dans cette première partie de test est le piqué et la netteté délivrés par le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD. En effet, les performances observées en photographie classique sont rarement applicables à l’infrarouge : la conception et les traitements optiques ont été conçus pour focaliser la lumière visible, si bien qu’une baisse de performances est généralement observée en infrarouge, surtout aux plus courtes focales. Voyons ce qu’il en est ici :

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 15mm​

Comportement général

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 16mm

Comportement général

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 24mm

Comportement général

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 24mm

Comportement général

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 30mm

Comportement général

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 35mm

Comportement général

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 15mm

Comportement au centre

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 16mm

Comportement au centre

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 24mm

Comportement au centre

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 24mm

Comportement au centre

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 30mm

Comportement au centre

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 35mm

Comportement au centre

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 15mm

Comportement sur les bords

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 16mm

Comportement sur les bords

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 24mm

Comportement sur les bords

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 24mm

Comportement sur les bords

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD @ 30mm

Comportement sur les bords

%filename
F/2.8
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

CANON 16-35mm F/4 L IS @ 35mm

Comportement sur les bords

%filename
N.C
%filename
F/4
%filename
F/5.6
%filename
F/8
%filename
F/11
%filename
F/16

Que retenir de ce flux d’images ? Tout d’abord que le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD délivre une qualité d’image remarquable entre 15mm et 24mm, du centre jusqu’aux bords. Si le CANON 16-35 F/4 L IS parvient à délivrer des performances comparables au centre à partir de F/5.6, il est nettement en retrait aux bords. A 30mm en revanche, le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD décroche et ses bords sont bien moins détaillés.

Globalement, cela reste du tout bon, même si la présence marqué d’un hotspot vient quelque peu gâcher la fête à partir de F/4.

Conclusion sur le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD en photographie infrarouge à 695nm

Malgré toutes ses qualités en photographie classique, le Tamron SP 15-30mm f2.8 Di VC USD ne parvient pas à faire oublier l’impact de son hotspot, quelle que soit la focale à laquelle il est réglé. Cela en plus d’un encombrement et de conditions d’utilisation de filtres très limitées (adaptateur EF vers RF avec système drop-in de Canon).

Nous verrons dans un second temps si ces défauts perdurent à 500nm.

%filename
Pour aller plus loin

Vous souhaitez aller plus loin que ce tutoriel et découvrir en ma compagnie tout le potentiel créatif de cette technique fascinante ? Découvrez le programme de mon initiation individuelle à la photographie infrarouge. Cette formation tout-équipé s’adresse aux photographes de tous niveaux, tout au long de l’année !

Depuis la parution de ce tutoriel, en 2014, j’ai eu l’occasion de rédiger de nombreux articles en français et en anglais en lien avec la photographie infrarouge. Vous trouverez ci-dessous des liens vers ces articles :

Vous souhaitez utiliser certaines des photographies de cet article à des fins d’illustration ou d’exploitation commerciale (en-dehors des photographies incluant les œuvres d’autres artistes) ? Je vous invite à me contacter directement en me présentant vos besoins et le type d’illustration concerné. Je me ferai un plaisir de revenir vers vous dans les plus brefs délais avec une offre commerciale adaptée.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Découvrez mes autres tests !

3 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.