Titre de la série : Paris Invisible.

Technique : photographie infrarouge numérique.

Année de réalisation : 2016 – 2018.

Statut : série achevée.

Nombre de photographies : 30.

Notes de l’auteur :

L’emprunte végétale de la Ville Lumière.

« Paris Invisible » présente une sélection photo de Paris, de la plus emblématique à la plus moderne, en focalisant l’attention sur l’environnement naturel. Renommée dans le monde entier pour son patrimoine historique et culturel, la ville de Paris rayonne peu en terme de végétalisation. Pourtant, la nature y est bien présente, souvent en arrière-plan, tel un simple élément du décors urbain.

Pour remettre cette nature au premier plan, j’ai voulu la confronter à l’urbanisme à travers la technique de photographie infrarouge. La structure interne des feuilles des arbres, des plantes et des fleurs réfléchie la quasi-totalité du rayonnement infrarouge proche, afin notamment de préserver leur température d’un coup de chaud. En photographie infrarouge, la végétation apparait donc très lumineuse, comme immaculée. Elle vient entourer monuments et espaces publics dans une blancheur onirique.

A l’opposé, les bâtiments, rendus gris et ternes, ne focalisent plus l’attention. La présence végétale est accentuée pour rendre compte de son importance et de ses modes d’intégration dans le plan urbain. La nature devient omniprésente, pure, comme un symbole d’évasion face à la ville. Les quelques passants disséminés de-ci de-là accentuent cette vision poétique en invitant le spectateur à voyager à travers eux.

Au final, cette série amène la révélation d’un environnement alternatif invisible à l’œil nu, la valorisation de l’environnement naturel et l’invitation à la contemplation et à la rêverie.