Ma philosophie photo

Je shoote donc je suis

Où finit la photographie, où commence l’image ? Vaste débat que cette question, digne d’un sujet de bac de philosophie, si tant est que Descartes eu fait de la photo.

J’ai été amené à me poser cette question assez tard, si l’on prend en compte que j’ai commencé la photo en 2006 et que la nuance entre photo et image m’est apparue 5 ans plus tard, durant une phase de remise en question de ma philosophie photo.

Introduction à ma philosophie photo : l'acte photographique

Cet article vise à présenter ma vision de la photographie, et la différence qui à mes yeux en découle entre photo et image. Je m’en tiens à la définition première de la photographie : dessiner avec la lumière. La lumière est donc la matière première que le photographe va être amené à modeler pour donner sa vision d’une scène, d’un instant.

Une métaphore avec la peinture me semble plus parlante pour décrire ma vision du processus de création photographique. Dans cette métaphore, la lumière constitue la peinture et le capteur constitue la toile. Entre ces deux éléments, nous avons l’outil d’application de la peinture : pinceaux, bombes aérosol, pochoirs… ces éléments correspondant aux objectifs, flashs et filtres.

Portrait en infrarouge aerochrome numérique d'une jeune fille dont le visage est caché derrière des feuilles de bambou.

Si j’étais extrémiste, je pourrais m’en tenir uniquement à cette vision et dire que la photographie se limite à focaliser de la lumière sur une surface photosensible. Or, tout comme en argentique, un développement est nécessaire une fois la photo prise afin de traiter les informations captées.

Le développement chimique a été remplacé par un traitement numérique, et c’est à ce niveau que le passage de la photo à l’image se joue, selon l’utilisation que l’on fait de ces outils logiciels.

Développement de ma philosophie photo : nuances et éthique

A l’opposé de l’acte photographique, l’ajout d’éléments extérieurs à ce qui a été capté à la prise de vue relève pour moi de l’infographie : la photo devient alors la matière première de la création d’une image, comme différents tissus sont la matière première d’un patchwork. Ce processus de création ne m’attire pas, j’ai plus de plaisir derrière mon appareil que derrière mon ordinateur.

Lorsque je me rends pour la première fois sur le lieu d’une photo, je commence par analyser les différents éléments composant ce lieu pour voir ce que je peux réaliser.

Et tant pis si un groupe d’oiseaux ne se fige pas dans le ciel durant les 30s de ma pose longue (sic), si un bâtiment n’est pas parfaitement reflété à la surface de l’eau un jour de grand vent (re-sic), si le soleil ne se couche pas à 14h (d’accord j’arrête les sarcasmes) ou si le ciel est bleu alors que je voulais un filé de nuages.

Au mieux je retourne sur le lieu un jour plus propice au rendu que je souhaite (et que j’estime réalisable), au pire je fais au mieux avec les paramètres qui me sont offerts. Et je reste satisfait de la manière dont j’ai créé cette photo.

Conclusion de ma philosophie photo : les moyens plutôt que la fin

En conclusion je pense qu’il est plus facile aujourd’hui d’obtenir de belles images, même à partir de photos médiocres aux vues des outils logiciels à notre disposition, que de faire de belles photos. Et c’est justement cette facilité qui fait basculer la photo vers l’image, la pratique de la photographie nécessitant une base de connaissances techniques minimum (ne serait-ce que pour savoir ce qui se passe quand on appuie sur le déclencheur) et une certaine rigueur au cours du processus de création photographique, notamment pour exposer correctement une scène.

Mes états d’âme photographiques arrivent à leur fin, j’ai volontairement limité mes exemples à la photographie de paysage et d’architecture car ces domaines représentent 90% de ma pratique, libre à vous de me donner votre vision de la photographie selon votre propre pratique. C’est d’ailleurs le but de cet article : l’échange de points de vue à une époque où le « like » est devenu roi et argument d’autorité pour estimer la qualité des photos… comme des images.

Pour aller plus loin

Vous souhaitez aller plus loin que cet article et découvrir en ma compagnie tout le potentiel créatif de la photographie infrarouge ?

Découvrez le programme de mon initiation individuelle à la photographie infrarouge.

Cette formation tout-équipé s’adresse aux photographes de tous niveaux, tout au long de l’année !

Vous souhaitez utiliser certaines des photographies de cet article à des fins d’illustration ou d’exploitation commerciale (en-dehors des photographies incluant les œuvres d’autres artistes) ? Je vous invite à me contacter directement en me présentant vos besoins et le type d’illustration concerné. Je me ferai un plaisir de revenir vers vous dans les plus brefs délais avec une offre commerciale adaptée.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Découvrez mes autres billets d'humeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.