Retour sur l’exposition Fugitive Réalité à la Galerie Mondapart

Une exposition haute en couleurs !

L’année 2020 aura amené un vrai cataclysme dans le monde de la création artistique, en mettant à l’arrêt l’ensemble des projets et lieux culturels de France. Malgré cette situation extrêmement compliquée, l’opportunité m’a été présentée d’exposer pour la première fois en galerie d’art à la fin de l’année.

Il est temps de revenir sur cet événement marquant de 2020 !

exposition fugitive realite galerie mondapart boulogne billancourt paris invisible perig or jaune photographe infrarouge pierre louis ferrer 16 | Pierre-Louis Ferrer | Retour sur l’exposition Fugitive Réalité à la Galerie Mondapart

La Galerie Mondapart, une sélection éclectique au service de l'art vivant

J’ai découvert la Galerie Mondapart il y a quelques années de cela, alors que je commençais tout juste mon activité de photographe professionnel. Je souhaitais visiter les principales galeries de région parisienne afin d’initier un contact avec les galéristes dont l’univers se rapprochait du mien. Isabelle Lefort, directrice de la Galerie Mondapart, a ainsi été la seule à m’inviter à lui présenter mon travail photographique lors d’un entretien individuel de près de deux heures. Au cours de ce premier échange, j’ai beaucoup appris sur le fonctionnement du milieu de l’art et ai bénéficié de précieux conseils et suggestions de contacts, qui m’ont notamment amené à exposer à la Biennale d’Issy-les-Moulineaux en 2019.

Quelques années passant, et ma production photographique mûrissant, Isabelle Lefort a gardé un œil sur mon parcours pour finalement me proposer d’exposer fin 2020 une sélection de mes photographies de paysages urbains et naturels en infrarouge dans le cadre de l’exposition « Fugitive Réalité ». Une opportunité que je ne pouvais refuser sous aucun prétexte !

« Paris Invisible » et « Périg’Or Jaune », deux séries photo au-delà du visible

Les séries sélectionnées pour l’exposition « Fugitive Réalité » sont emblématiques de mon travail autours de la technique de photographie dans l’infrarouge.

Avec « Paris Invisible », mon objectif est de magnifier Paris à travers le végétal, en remettant la nature au premier plan dans une ville connue pour ses monuments emblématiques et son urbanisme. A travers les points de vue choisis, on remarque que la nature se contente pourtant des espaces que l’homme lui impose, tout en essayant de se propager lentement dans tous les interstices et les directions que ce dernier n’a pas bloqués. Preuve de l’adaptation de la nature, à son rythme, sans violence mais constante, allant bien au-delà des capacités de l’homme.

Cette série illustre l’une de mes démarches artistiques principales : la révélation d’un environnement alternatif invisible à l’œil nu et l’invitation à la contemplation et à la rêverie.

A l’opposé, la série « Périg’Or Jaune » prouve que la cohabitation harmonieuse entre l’homme et la nature est possible. Il n’est plus question ici de confrontation mais de cohabitation : la nature devient précieuse, attirante, comme de l’or pouvant être sculpté par l’homme dans des jardins magnifiant la présence du végétal. Le rendu doré donné à la végétation, mentionné dans le titre de la série, est un clin d’œil aux dénominations « Périgord vert » et « Périgord noir » caractérisant cette région. J’offre ainsi une nouvelle vision de cette partie du territoire français en exacerbant le graphisme végétal des différents lieux visités.

Au final, ces deux séries exposées présentent deux approches complémentaires, deux rendus complémentaires au service de la découverte et de l’évasion dans un monde invisible où la nature est glorifiée.

Exposer en 2020, ou l’obligation d’innover et de s’adapter

Sous une apparente sérénité d’organisation, le déroulement de l’exposition « Fugitive Réalité » n’a pourtant pas été de tout repos, et ce pour une raison simple : son lancement était planifié du 6 au 28 novembre, soit en plein dans la seconde période de confinement de la France. Tous les investissements personnels et financiers pour construire l’exposition ont donc été brisés par la fermeture forcée de la galerie durant le mois de novembre, alors que les tirages venaient d’être accrochés. Pourtant ni la galériste ni moi n’avons lâché ce projet.

Première étape : renouer le contact avec les amateurs d’art et les habitués de la galerie. S’ils ne peuvent se rendre à la galerie, alors la galerie se rendra chez eux ! C’est ainsi que nous avons organisé deux rencontres en ligne sur Zoom durant deux week-ends de novembre, où j’ai pu présenter mon travail, ma démarche et les œuvres exposées à plus de soixante participants cumulés. Des vidéos de présentation de l’exposition et de la galerie ont également été réalisées. L’objectif était clair : garder contact et animer autour de l’exposition en attendant la réouverture de la galerie.

Seconde étape : réouverture de la galerie et prolongation de l’exposition jusqu’à fin décembre. Nous avons redoublé d’efforts de communication afin d’informer de la réouverture de la galerie et d’inciter le public à s’y rendre pour enfin découvrir l’exposition. Malgré tout, la situation sanitaire et sociale n’a pas permis de réellement faire décoller cette dernière.

Un bilan positif malgré tout

Que retenir de cette première exposition en galerie ? Déjà, le soutien indéfectible et le positivisme d’Isabelle Lefort, avec qui j’ai beaucoup apprécié travailler à sa mise en place et à sa promotion. Ensuite, ne pas se voiler la face : les retours à court terme de cette exposition ont été totalement bloqués par une situation économique, sociale et sanitaire qui dépasse la simple volonté de mener à bien un projet comme celui-ci.

Je suis donc très heureux d’avoir eu l’opportunité d’exposer malgré ces conditions, et d’atteindre par la même occasion une nouvelle étape significative dans ma carrière de photographe et d’artiste.

Pour aller plus loin

A travers mon savoir-faire dans le domaine de la photographie de paysage, associé à ma maitrise de la technique de photographie en infrarouge, je m’inscris comme photographe spécialiste de l’illustration du patrimoine naturel et végétal.

Vous souhaitez utiliser certaines des photographies de cet article à des fins d’illustration ou d’exploitation commerciale (en-dehors des photographies incluant les œuvres d’autres artistes) ? Je vous invite à me contacter directement en me présentant vos besoins et le type d’illustration concerné. Je me ferai un plaisir de revenir vers vous dans les plus brefs délais avec une offre commerciale adaptée.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Découvrez mes autres actualités !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.