Retouche numérique

Évolution du style au fil de l'expérience

L’un des critères les plus difficiles pour progresser en photo est, de mon point de vue, la remise en question régulière de sa pratique de prise de vue et de la retouche numérique des clichés.

En effet, la capacité à se remettre en question implique un détachement émotionnel afin d’observer le plus objectivement possible les points faibles de ses clichés. Ce travail permet l’évolution de la retouche numérique afin d’améliorer les photos à venir mais aussi, pourquoi pas, de revenir sur le développement des photos déjà réalisées.

Retour vers le futur des photos passées

Cet article traite de ce dernier cas : il y a peu, j’ai mis à jour l’ensemble des logiciels et presets composant mon flux de travail. Les évolutions sont les suivantes :

  1. Photoshop : CS5 → CC
  2. Presets Guy Gowan : V5 → V7.2
  3. Panneau Tony Kuyper : V2 → V4

Ces mises à niveau ont directement impacté mon flux de retouche numérique en proposant des fonctionnalités plus avancées et plus précises dans le traitement des RAW. Afin de prendre en main ces nouveautés et évaluer leurs performances, j’ai décidé de reprendre le traitement de 5 photos datant de mon voyage en Islande en 2014.

Retour sur... Vík í Mýrdal

Cette photo de l’église de Vík í Mýrdal surplombant le village a été prise en fin de soirée, alors que la tempête arrivait par la mer. Le développement de 2014 apparait trop exposé pour retranscrire correctement cette impression de crépuscule lourd et humide.

Pour la reprise de la retouche numérique, j’ai mis l’accent sur l’assombrissement des tons moyens tout en conservant l’exposition de l’église, qui ressort de la scène comme un phare en pleine tempête grâce à son éclairage au sol.

Retour sur... Lómagnúpur

Le Lómagnúpur est un ensemble montagneux observable depuis la route 1 et dont la face principale se reflète dans les nombreuses mares l’entourant. Le temps étant nuageux lors de la prise de vue, le Lómagnúpur est dans l’ombre. L’utilisation d’un filtre polarisant m’a quand même permis de donner plus de matière au ciel. Lors de mon premier développement, la luminosité de la montagne n’était pas assez corrigée.

Dans ma reprise de 2016, le Lómagnúpur se dégage d’avantage grâce à l’éclaircissement des tons moyens et l’assombrissement du bleu du ciel. Les couleurs sont également intensifiées.

Retour sur... Jökulsárlón

Un passage par le fameux lac aux icebergs était bien entendu impératif, si bien que nous avons dormi dans la voiture cette nuit-là afin de profiter du coucher et du lever du soleil.Cette photo a été prise lors du coucher du soleil. L’épaisseur des nuages ayant empêché un flamboiement du ciel, j’avais décidé d’utiliser un filtre graduer très dense afin d’assombrir fortement la partie haute de la photo. Lors du premier développement, le ciel apparait beaucoup trop sombre comparé au rendu de la glace, du fait d’un traitement global du contraste.

Dans la reprise de la retouche numérique, j’ai pu sélectionner précisément les amas de glace afin de gérer localement le contraste et la saturation. Le résultat est d’avantage équilibré et les bleus moins saturés.

Retour sur... la plage de sable noir

Les plages de sable noir sur lesquelles viennent s’échouer les icebergs sont également emblématiques de l’Islande.

La reprise de la retouche numérique de cette photo est la plus poussée de la série : ici le but est de faire ressortir les icebergs en assombrissant fortement le ciel. De même, un travail sur le contraste local m’a permis de faire ressortir d’avantage de détails dans la structure de la glace. Enfin, les bleus ont été purifiés afin de retrouver les teintes turquoises caractéristiques de ces gros glaçons.

Retour sur... le Kirkjufell

Certainement le lieu le plus photographié d’Islande. Le Kirkjufell est une montagne s’élevant à l’ouest de l’Islande. La prise de vue a été réalisée alors que les derniers rayons du soleil éclairaient la pointe de la montagne, la cascade du premier plan étant dans l’ombre.

La mise à jour du traitement de cette photo m’a permis de retrouver des couleurs naturelles, en réglant précisément la balance des blancs rendue plus froide à cause de l’emploi du Big Stopper. De même, la teinte magenta du ciel a été supprimée et les marques du soleil sur la roche accentuées localement. Enfin, le premier plan a été éclairci tout en conservant du contraste dans les noirs.

En retouche numérique, prendre du recul permet de mieux avancer

En conclusion, la remise à plat régulière de votre flux de développement numérique est, de mon point de vue, une étape importante de la progression en photographie, en complément d’une pratique régulière. N’hésitez donc pas à mettre à jours vos outils et à rester informés des dernières évolutions logicielles. Et surtout… Gardez vos RAW!

Si vous avez des anecdotes de reprises de développement numérique de vos photographies iconiques, n’hésitez pas poster leur lien en commentaire !

Pour aller plus loin

Vous souhaitez aller plus loin que cet article et découvrir en ma compagnie tout le potentiel créatif de la photographie infrarouge ?

Découvrez le programme de mon initiation individuelle à la photographie infrarouge.

Cette formation tout-équipé s’adresse aux photographes de tous niveaux, tout au long de l’année !

Vous souhaitez utiliser certaines des photographies de cet article à des fins d’illustration ou d’exploitation commerciale (en-dehors des photographies incluant les œuvres d’autres artistes) ? Je vous invite à me contacter directement en me présentant vos besoins et le type d’illustration concerné. Je me ferai un plaisir de revenir vers vous dans les plus brefs délais avec une offre commerciale adaptée.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Découvrez mes autres billets d'humeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.