Luminosité et contraste

Une histoire de modes de fusions

Ce tutoriel vous présente une méthode permettant de contrôler le couple luminosité contraste de vos photos à l’aide des modes de fusion de Photoshop. Le mode de fusion est un paramètre des calques de Photoshop qui définit la manière dont les pixels du calque concerné vont être fusionnés avec le calque inférieur, sur lequel il est donc appliqué.

Parmi la liste des calques existants, 4 nous intéressent pour gérer l’exposition et le contraste. Pour les illustrer, je vais appliquer chacun d’entre eux sur le calque d’une photo dupliquée sur elle-même.

Le mode « produit » (« multiply ») : ce mode assombrit les pixels du calque inférieur suivant la valeur des pixels du calque supérieur. La multiplication par le noir donne du noir, la multiplication par du blanc n’affecte pas le rendu. Entre ces deux valeurs, les pixels sont assombris progressivement. Ce mode va donc nous servir à assombrir la photo.

Le mode « superposition » (« screen ») : ce mode éclaircie les pixels du calque inférieur suivant la valeur des pixels du calque supérieur. La superposition par du blanc donne du blanc, la superposition par du noir n’affecte pas le rendu. Entre ces deux valeurs, les pixels sont éclaircis progressivement. Ce mode va donc nous servir à éclaircir la photo.

Le mode « incrustation » (« overlay ») : ce mode fonctionne comme le mode « produit » sur les pixels contenant plus de 50% de gris, et comme le mode « superposition » sur les pixels contenant moins de 50% de gris. Ce mode va donc augmenter le contraste d’une photo en assombrissant les zones sombres et en éclaircissant les zones claires.

Le mode « lumière tamisée » (« soft light ») : ce mode fonctionne de la même manière que le mode « incrustation » tout en ayant un rendu un peu moins contrasté. Il permet donc d’augmenter modérément le contraste.

Présentés comme tels, ces modes ne paraissent pas plus utiles que les jauges « luminosité » et « contraste » présentes dans la majeure partie des logiciels de retouche : leur effet est global à la photo et initialement trop poussé, nécessitant de gérer l’opacité du calque supérieur pour doser l’effet… et revenir à la logique des jauges. La force de ces modes de fusion est à chercher ailleurs : ces modes s’appliquant à des calques Photoshop, ils peuvent se coupler à l’utilisation de masques de sélection basés sur la luminosité ou la couleur pour appliquer leur effet localement et très précisément. Je vais illustrer ce fonctionnement.

Remarque : ce tutoriel n’a pas pour but de décrire le fonctionnement des masques de luminosité et de couleur. Pour découvrir l’utilisation de ces masques, je vous dirige vers le très bon tutoriel de Tony Kuyper en français ICI.

Pour cet exemple, je pars de la même image que précédemment, prise en Croatie avec un filtre polarisant : les nuages se détachent bien du ciel, néanmoins la lumière est dure et impacte le rendu du ciel. Mon but ici va donc être d’assombrir le ciel et d’augmenter légèrement le contraste de la scène.

Pour commencer, j’utilise un masque me permettant de sélectionner la majeur partie du ciel et des nuages, tout en impactant au minimum la mer, la berge et la statue. Je créé un calque avec ce masque et je passe le mode de fusion en « produit » : le ciel s’assombrit tandis que la statue est épargnée par l’effet.

L’utilisation du mode « produit » a néanmoins eu comme effet secondaire de diminuer le contraste des nuages en assombrissant uniquement les zones claires. Une astuce que j’utilise dans ce cas est de créer un masque de sélection identique à celui de la première étape et de passer le calque associé en mode « lumière tamisée ». Ainsi la luminosité du ciel est diminuée mais le contraste est conservé.

Enfin, j’augmente le contraste global de la photo en utilisant un masque de sélection sur les tons moyens et en appliquant le mode « lumière tamisée » sur le calque associé. Le rendu final est plus équilibré et plus contrasté.

Voici un avant/après pour se rendre compte des modifications apportées :

Les modifications apportées à la photo initiale sont subtiles mais suffisamment perceptibles pour améliorer son rendu. Néanmoins sur cette photo peu de travail était nécessaire, et l’effet n’est pas vraiment spectaculaire. Sur la photo suivante, prise en forêt, le ciel est surexposé et les feuilles des arbres, en contre-jour, sont trop sombres.

Ci-dessous, le comparatif avant/après des corrections apportées. L’utilisation des modes de fusion couplée aux masques de sélection m’a permis d’éclaircir les feuilles des arbres, d’assombrir le ciel et de conserver le contraste initial de la photo.

Ce rendu aurait pu s’obtenir en prenant plusieurs photos de la scène avec des expositions différentes et en les combinant avec les mêmes masques de sélection (méthode DRI), mais ici les informations présentes dans le RAW de la photo sont suffisantes pour ne nécessiter qu’une photo.

En conclusion, l’utilisation des modes de fusion de Photoshop couplée aux masques de sélection est une méthode efficace pour gérer localement la luminosité et le contraste des photos sans nécessiter l’utilisation de plusieurs expositions. Cette technique ne remplace pas une exposition correcte de vos photos, mais vise à utiliser de façon optimale les informations enregistrées par le capteur de votre appareil photo.

Pour aller plus loin

Vous souhaitez utiliser certaines des photographies de cet article à des fins d’illustration ou d’exploitation commerciale (en-dehors des photographies incluant les œuvres d’autres artistes) ? Je vous invite à me contacter directement en me présentant vos besoins et le type d’illustration concerné. Je me ferai un plaisir de revenir vers vous dans les plus brefs délais avec une offre commerciale adaptée.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Découvrez mes autres tutos photo !

4 réponses

  1. Merci pour ce tuto, je me rends compte entre celui-là et le précédent qu’il me reste encore des années-lumières à parcourir concernant la photo et photoshop, c’est un peu le bad :/

    Merci néanmoins pour ces tutos, par contre pour le coup ici ça pouvait très bien être fait uniquement sur LR non?

    1. Bonjour Pierre,
      Ne t’inquiète pas, la photo est un apprentissage constant, le plus dur étant de savoir se remettre en question régulièrement pour continuer à avancer.
      Le réglage de la luminosité et du contraste peuvent bien entendu se faire avec Lightroom d’une manière globale, la méthode que je présente ici est une approche différente basée sur des calques et des masques plutôt que sur des jauges à doser. Cette méthode permet d’avoir un contrôle complet des informations enregistrées dans un fichier photo, mais nécessite plus de travail en contre-partie.
      Merci pour ton passage en tout cas ;).

  2. Ah ben là concrètement ces derniers mois j’ai plus progressé que ces dernières années mais aussi pris des grosses claques quand je vois le boulot de certains O.o
    C’est vrai que PS est vraiment l’idéal pour des corrections localisées mais en RAW ça laisse pas mal de possibilité 😉

    Ya pas de quoi, vais checker la page fb car je reçois pas de notifications quand ya des réponses ici ou de nouveaux articles 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.