Conscience de l'instant présent

Ouvrir sa conscience comme ses yeux

Suite à mon précédent billet, je continue sur ma lancée en abordant l’importance de la conscience de l’instant présent dans la création photographique. Car s’il est essentiel de se détacher de l’influence du style visuel d’autres photographes dans le traitement de ses images, une attention toute particulière doit aussi être portée au moment de la prise de vue.

Photographier le monde qui nous entoure n’a jamais été aussi simple et rapide qu’aujourd’hui, au point que les instants photographiés passent souvent au second plan. La conscience de l’instant est pourtant primordiale en photographie. Elle fait appel à la fois aux sens (la capacité à voir, écouter, ressentir son environnement) et à la sensibilité (la capacité à distinguer l’harmonie de son environnement) du photographe. En revenant au présent, le photographe va pouvoir exprimer pleinement sa sensibilité et offrir des clichés plus personnels.

Je vais illustrer ce principe par un exemple de situation qui m’est trop souvent arrivée. Lors de la planification d’une prise de vue de paysage nécessitant quelques kilomètres de marche, la tentation est grande de « foncer » directement au point d’intérêt pour y reproduire une composition déjà anticipée. Le chemin emprunté pour y accéder est alors ignoré, le photographe ayant dans ses pensées uniquement le moment de la prise de vue à venir. Sur place, peu d’importance est donnée à l’observation de l’environnement pour se focaliser directement sur le sujet prévu.

Cet exemple illustre deux erreurs selon moi :

  1. La première est d’ignorer le trajet que le photographe parcourt pour atteindre son but. Celui-ci se projette dans un futur proche et anticipé. En conséquent, il peut être amené à rater d’autres sujets d’intérêt en chemin qu’il n’avait pas prévu d’observer. En se recentrant sur l’instant présent, il est invité à (re)découvrir son environnement et à exprimer sa sensibilité spontanée.
  2. La seconde est de se focaliser uniquement sur le sujet (voire la composition) anticipé dans le passé en occultant l’environnement réel où le photographe se trouve. Tout comme au premier point, en enlevant ses œillères et en revenant à l’instant présent, le photographe est amené à s’approprier vraiment le sujet.

Pour s’entrainer à développer sa conscience de l’instant présent, je vous propose un petit exercice :

  1. Munissez-vous d’une focale fixe type 35mm ou 50mm. Ces focales bon marché se retrouvent dans la majorité des sacs photos. Si possible choisissez une focale que vous n’avez pas l’habitude d’utiliser.
  2. Tracez un parcours de promenade dans votre environnement de tous les jours. Ne cherchez pas un lieu d’intérêt particulier.
  3. Réalisez ce parcours muni de votre focale fixe. Ouvrez les yeux et soyez attentifs aux différents sujets (personnes, animaux, immeubles, rues, champs…) que vous rencontrez au fur et à mesure de votre avancée. Pour chaque sujet d’intérêt estimé, essayez de composer une photo en recherchant la position la plus adaptée à votre focale.

Et vous, avez-vous des astuces pour découvrir ou redécouvrir des lieux et des sujets avec un regard personnel ?

Pour aller plus loin

A travers mon savoir-faire dans le domaine de la photographie en ultraviolet, je propose un large panel de prestations de captation photo et vidéo UV pour vos projets et ateliers de promotion cosmétique et de prévention dermatologique. De même, j’encadre des initiations individuelles à la photographie infrarouge auprès des photographes de tous niveaux. Découvrez les offres associées en cliquant sur les liens correspondants ci-dessous :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Découvrez mes autres billets d'humeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.